Col2 content

Guignol: un gone de Lyon

Pour commémorer les 250 ans de la naissance de son créateur Laurent Mourget, Guignol la marionnette lyonnaise s'exposera au Musée suisse de la Marionnette.

Laurent Mourguet, canut (ouvrier de la soie) a 20 ans au moment où éclatent les conflits de la révolution française. La révolte gronde aussi à Lyon, la royauté est renversée et avec elle, la demande de belles soieries, spécialité de Lyon. Les métiers à tisser s'arrêtent l'un après l'autre, celui de Mourget aussi: c'est le chômage pour des centaines d'ouvriers. En plus, l'hiver 1789 est rigoureux, la nourriture manque, c'est la famine. Pour faire vivre sa jeune famille, Mourget va exercer plusieurs petits métiers. Il finit arracheur de dents sur la voie publique pour gagner quelques pécuniaux. Afin d'attirer la clientèle, il manipule une marionnette, le Polichinelle, qu'il emprunte au théâtre des Burattini (marionnettes) italien. Devant le succès rencontré, il abandonne la dentisterie et crée sa propre marionnette : Guignol est né. Tout au long du XIXème siècle, Guignol sera le porte-parole du public ouvrier en évoquant ses soucis quotidiens. Guignol ne se gêne pas de brocarder le pouvoir, ce
qui lui vaudra d'être censuré. On le comprend, Guignol, le gone (gamin) de Lyon s'adresse aux adultes comme les Guignols de l'info l'ont fait sur Canal +. Au XXème siècle, Guignol s'adapte à l'évolution de la société et divertit plutôt les enfants. Il fait des émules et perdure jusqu'à aujourd'hui fidèle à ses publics derrière son castelet.

L'exposition aura lieu du 12 avril au 29 septembre 2019